Guide Des Vins De Bordeaux

Edition du 29/06/2021
 

Duclot

Réputation

PETRUS


Pour comprendre Petrus, rien ne vaut ce qu’en dit Jean-Claude Berrouet (à la retraite, c’est son fils Olivier, aujourd’hui, qui est aux commandes) : “Lorsque l’on parle d’un vin, il faut d’abord présenter le sol, c’est lui qui lui donne son originalité, sa typicité et, à Petrus, l’originalité est particulièrement importante puisque l’on sort des sentiers battus bordelais. Ici, ce qui prime, c’est la rencontre de 2 argiles, une argile ancienne, bleue, arrivée dans la seconde moitié de l’ère tertiaire. Au Quaternaire, il y a eu des recouvrements graveleux, mais, à Petrus, ce sont des argiles noires gonflantes qui donnent la spécificité… Petrus (11,5 ha) est situé sur un plateau et plus précisément sur un mamelon argileux qui culmine à 42 m d’altitude, ce qui permet aux eaux de ruissellement de surface de ne pas stagner et d’aller vers le bas. Ainsi, il n’y a jamais d’excès d’eau mais l’une des vertus de l’argile est ce pouvoir de rétention d’eau, elle se comporte comme une belle éponge, et restitue l’eau lentement à la plante en période de sécheresse. Petrus, c’est aussi l’expression d’un cépage, le Merlot, qui s’épanouit pleinement sur ces argiles. C’est un vignoble très ancien. J’y suis arrivé en 1964 et j’ai connu une parcelle postphylloxérique qui avait été plantée en 1885. Il y a encore des parcelles plantées en 1957, mais la moyenne d’âge des vignes est de 35 ans. À partir de 1985, nous avons fait un gros effort de sélection massale en collaboration avec l’Inra et la chambre d’agriculture. Pour les replantations, nous avons réintroduit les vieux pieds de vigne sélectionnés et passés en Tests Elisa pour vérifier leur état sanitaire. Ainsi, nous avons reproduit les vieilles sélections qui avaient été choisies par nos anciens, auxquelles nous avons ajouté de nouveaux clones, de telle sorte qu’on laissera aux successeurs la population ancienne et la population moderne. La culture de la vigne est très traditionnelle à Petrus : on laboure 2 fois par an, on chausse et déchausse. Les rendements varient de 25 à 39 hl/ha mais la moyenne se situe plutôt vers 35 hl/ha. Les vendanges sont manuelles, effectuées en cagettes avec un tri sévère effectué sur 2 tables de tri. La vinification est très traditionnelle avec des fermentations en cuves béton. Nous privilégions des extractions très mesurées, ainsi les cuvaisons ne sont pas très longues car nous souhaitons rester sur le fruit et des tanins soyeux. S’ensuit l’élevage durant 18 à 20 mois en fûts de chêne avec une proportion de bois neuf qui varie selon les millésimes (un peu plus de 50 %). Nous évitons le surboisage, toujours dans un souci permanent de préserver la spécificité du vin. Le vignoble est protégé en lutte raisonnée. Nous pratiquons depuis 1991 l’étude de la maturité phénolique en parallèle avec la maturité physiologique. Avec l’indice de maturité et la dégustation des baies, parcelle par parcelle, nous déterminons une date de vendange la plus précise possible, ce qui est un facteur primordial pour obtenir la meilleure qualité d’un vin. La force du terroir se retrouve aussi dans le potentiel d’évolution. Celui de Petrus est très important et tout le monde se souvient encore des fabuleux 1953, 1955, 1959, 1961 ou de l’exceptionnel 1947…” Ce Pomerol 2013 prouve que, dans ce millésime très délicat, un cru comme Petrus sort du lot, avec un très beau vin, toujours distingué, d’une trame délicate, de bouche où les fruits noirs se mêlent à des connotations subtiles où l’on retrouve le musc, l’humus, le poivre rose... Le 2012 est tout simplement formidable, d’une extrême finesse, déjà avec ces nuances truffées, au nez comme en bouche, un vrai vin de “velours”, certainement l’un des plus grands et séduisants vins de ce millésime, tous Bordeaux confondus. Superbe 2007, parfait aujourd’hui, de robe brillante, très complet, avec une belle matière présente et savoureuse, aux senteurs de petits fruits noirs (cassis, prune), de cuir et de violette, qui poursuit son évolution. Le 2006, succulent, avec ce nez légèrement épicé, a des tanins bien présents qui commencent à peine à se fondre, aux nuances de myrtille et de truffe. Grandissime 2005, puissant, très complexe, d’une très grande structure, aux arômes persistants et subtils de petits fruits rouges mûrs à noyau, de truffe, de cuir, avec des tanins soyeux mais intenses, tout en distinction, de grande évolution. Le 2004 est splendide, dans la grande tradition bordelaise, charnu, un vin riche en bouquet comme en matière, aux notes de cuir et de cassis confit, d’une grande harmonie, à savourer aujourd’hui avec des poules faisanes rôties, polenta aux truffes ou un rôti de veau farci aux truffes. À ses côtés, ce 2003, un vin dense, tout en harmonie, riche au nez, avec ces notes de mûre et d’humus, et des senteurs de cuir et de pruneau en bouche, aux tanins savoureux. Duclot est la référence incontournable du négoce de grands vins depuis sa création à Bordeaux en 1886. Pour le négociant, l’enjeu de ce déménagement est d’affirmer toujours plus son ancrage sur la fameuse “place” de Bordeaux, tout en marquant nettement son esprit d’ouverture face aux opportunités des différents marchés, sous la houlette de sa directrice générale Ariane Khaida. Quant au stock - plusieurs millions de bouteilles - il reste en lieu sûr dans les chais de Duclot, une plateforme logistique de 20 000 m2 située à Martignas, aux portes de Bordeaux. Ariane Khaïda dirige Duclot depuis quatre ans. “Notre site internet Chateauprimeur est le seul site internet au monde dédié à la vente de vins en primeurs, faisant bénéficier nos clients de cet accès direct aux allocations des châteaux. Concernant Chateaunet, nos magasins se sont offert un lifting pour mieux répondre aux attentes des clients en proposant une immersion totale dans l’univers des vins, Champagnes et spiritueux.”

   

Duclot

Jean-François et Jean Moueix
Duclot 3, place Rohan
33082 Bordeaux Cedex






> Le palmares des vins


> Nos coups de cœur de la semaine

Château FAUGAS


Au sommet de son appellation. Cette propriété familiale de 15 ha sur la rive droite de la Garonne perpétue une longue tradition d’excellence, comme en témoigne le Féret dès 1874. Le Château est une exploitation familiale qui a à cœur de perpétuer une tradition de qualité et d’excellence. Il appartient depuis plus d’un siècle à la famille Thial de Bordenave-Berckmans. À la tête du château Madame Marie-Pascale Berckmans et à ses côtés son neveu Monsieur Hugues Hardy. Son terroir de coteaux argilo-calcaires est complanté de cépages nobles Sémillon et Sauvignon pour le blanc, Merlot, Cabernet franc et Cabernet-Sauvignon pour le rouge. Les vins rouges représentent 13 ha et produisent 65 tonneaux soit un rendement de 45 hl par ha. Les vins blancs, quant à eux représentent 2 ha produisant 6 tonneaux soit un très petit rendement de 27 hl par ha. Les sols argilo-calcaires sont orientés vers le sud.
On y élève soigneusement ce Cadillac Côtes de Bordeaux rouge cuvée Tradition vieillie en fûts de chêne 2016, richement bouqueté, alliant une finesse tannique à une rondeur en bouche persistante, avec ces notes de fraise des bois surmûrie, velouté, de belle évolution. Excellent Cadillac Côtes de Bordeaux rouge 2016, parfumé, charnu et souple, où dominent les fruits mûrs et la violette, tout en structure, à déboucher avec une terrine de canard au poivre vert ou un Brie de Melun. Savoureux Cadillac blanc 2016, typé comme il se doit, aux arômes complexes de petits fruits secs (amande, noix) et de coing, c’est un vin séducteur, ample et long en bouche, avec, en finale des nuances de poire et de musc.

Famille Thial de Bordenave-Berckmans
6, Faugas
33410 Gabarnac
Téléphone :05 56 62 97 62
Email : chateau-faugas@wanadoo.fr

Château des ARNAUDS


Propriété familiale transmise de père en fils depuis plus de quatre générations. C’est aujourd’hui l’arrière-petit fils de Jacques Arnauds qui gère ce domaine de 14,5 ha. Un vignoble sur deux appellations, Lalande-de-Pomerol et Bordeaux, planté pour 85% en Merlot et le reste en Cabernet franc, avec un sol qui concentre différents composants : graveleux ou sablo-limoneux-graveleux. Etant proche du confluent de la Dordogne et de l’Isle, nos parcelles bénéficient d’un ensoleillement, de chaleur et d’humidité très favorables à la culture de la vigne. Le vignoble est cultivé de façon à respecter le terroir avec un enherbement maîtrisé. Cela explique ce remarquable Lalande-de-Pomerol 2019, riche en couleur comme en arômes, c’est un vin aux notes de fruits rouges frais, d’humus et de cannelle, aux tanins puissants et harmonieux, qui devrait tenir toutes ses promesses. Le 2018 est très charmeur, au nez subtil où dominent le cuir et le pruneau confit, d’une très jolie concentration en bouche, aux tanins bien réels et fins, légèrement épicé comme il se doit, vraiment très réussi, de garde. Joli Lalande de Pomerol cuvée Prestige 2016, très aromatique, il est bien équilibré, aux connotations de framboise macérée, d’une très jolie concentration en bouche, aux tanins savoureux, de bouche subtilement poivrée. Le Bordeaux Le Plaisir des Arnauds 2019, 85% Merlot et 15% Cabernet franc, après un passage à basse température de 2 à 4 jours, fermentation en cuves ciment, élevage en cuves Inox 6 à 15 mois, il a une jolie bouche classique et allie une charpente réelle à une jolie rondeur, de bouche parfumée (mûre, humus...), d’une belle finale. Le 2018 a un nez puissant et subtil à la fois, avec ses notes de fruits mûrs (cassis, griotte) et une touche poivrée, de bouche dense qui commence à se fondre.

Sébastien Godineau
Le Bourg
33500 Lalande-de-Pomerol
Téléphone :09 77 06 49 52 et 06 15 88 90 90
Email : chateau.arnauds@orange.fr
Site personnel : www.chateaudesarnauds.fr

Château BELLES-GRAVES


Situé sur une croupe graveleuse orientée plein sud, le vignoble familial couvre 17 ha, Merlot pour 88% et 12% de Cabernet franc. “La qualité du raisin au moment des vendanges, précise Xavier Piton, dépend du travail raisonné de l’homme à la vigne, mais est aussi régie par la climatologie, car c’est encore la nature qui reste maîtresse du jeu. Deux à trois semaines avant la maturation des raisins, des contrôles de maturité sont réalisés à la vigne, deux fois par semaine, pour prélever des baies de raisins dans chaque parcelle afin de suivre leur teneur en sucre et en acide. L'ensemble vieillit en fûts de chêne français. La dégustation, tout au long de l'élevage est notre fil conducteur. C'est en fonction de notre palais que nous intervenons sur le vin. Comme au cours de la vinification, rien n'est systématique.” Nous faisons une culture raisonnée en s'adaptant au climant tout en utilisant des produits respectueux de l'environnement.” Comme d’habitude, voici un remarquable Lalande-de-Pomerol 2018, tout en charme, élagant mains intense, finement parfumé (petits fruits surmûris), tout en bouche. Le 2017, de robe pourpre, aux connotations de fruits compotés et de musc, fondu mais puissant, structuré, dévoile, en finale, des notes de cuir et de pruneau cuit, tout en élégance et nuances. Le 2016, est coloré, très harmonieux, très équilibré, avec des arômes de cassis mûr, d’épices, un vin dense, puissant et structuré, très savoureux, de belle garde. Egalement magnifique Lalande-de-Pomerol cuvée X 2016, de robe intense, au nez complexe où dominent les fruits cuits, alliant structure et élégance, c’est un vin chaleureux et bien charnu comme il le faut. Superbe 2015, en édition très limitée (1800 bouteilles), un vin élevé en barriques neuves, qui mêle puissance et souplesse des tanins, concentration et subtilité aromatique, avec ce côté charnu présent, alliant charpente et velouté.

Xavier Piton
1, allées de Belles-Graves
33500 Néac
Téléphone :05 57 51 09 61
Email : x.piton@belles-graves.com
Site personnel : www.belles-graves.com

SCEA VIGNOBLES BRUNO SAINTOUT


À la fin de l’ancien régime, la paroisse de Saint-Laurent du Médoc avait un curé nommé l’abbé Bridane, qui était meunier. Son moulin se trouvait sur la commune de Reignac (devenue Saint-Julien), sa trace est restée dans l’histoire locale car c’était un prêtre jureur, favorable aux idées de la révolution. Ses prises de position politique lui ont permis de continuer à exercer son ministère et son activité minotière. Superbe Saint-Julien Château la Bridane 2016, provenant d’un vignoble sur graves garonnaises (Cabernet-Sauvignon, Merlot, Petit Verdot, Cabernet franc), un très beau vin, avec des arômes très présents d’épices, de cerise confite, de mûre, de réglisse et de violette, bien structuré et gras en bouche, ample, de très bonne évolution. Le 2015, aux arômes persistants de petits fruits noirs mûrs avec des notes de cannelle, généreux, est ferme, très parfumé, et marie élégamment une finesse tannique à une rondeur persistante. Le 2014, de robe soutenue, où s’entremêlent les saveurs de sous-bois et de fruits surmûris, est un beau vin typé, de bouche savoureuse. Les Vignobles Saintout possèdent également le Domaine de Cartujac en appellation Haut-Médoc Cru Bourgeois, ainsi que le Château du Périer en appellation Médoc Cru Bourgeois.


20, lieu-dit Cartujac
33112 SAINT-LAURENT MEDOC
Téléphone :05 56 59 91 70
Email : contact@vignobles-saintout.fr
Site : vignoblessaintout
Site personnel : www.vignobles-saintout.com


> Nos dégustations de la semaine

Château LACAUSSADE SAINT-MARTIN


Château MAZEYRES


Au sommet. Un vignoble de 25,5 ha de vignes sur des parcelles morcelées qui apportent leur complexité et leur complémentarité. Sols de graves et de sables de la terrasse de Pomerol et sous-Sols de graves ou de molasse riche en crasse de fer. L?encépagement a été repensé lors de l?achat récent d?une parcelle de 4 ha : 73% Merlot, 24,4% Cabernet franc et 2,6% Petit Verdot pour sa fraîcheur. Mazeyres est un magnifique manoir du XVIIIe siècle, entièrement restauré et parfaitement mis en valeur dans un bel écrin constitué d?arbres et de magnolias centenaires. Des fouilles ont permis d'exhumer de très belles poteries datant du IIIe siècle, vestiges de l?époque gallo-romaine et précieusement conservés au château.
Quatrième génération de viticulteurs et négociants libournais, Alain Moueix dirige la propriété et apporte son expertise et son savoir-faire issus du terroir. Conscient de ce potentiel unique, dès 1992, il décide de mettre en valeur ce vignoble afin que celui-ci puisse révéler son authentique expression. Il opte, dans un premier temps, pour une viticulture raisonnée et met en place une gestion parcellaire pointilleuse afin de révéler la diversité et la complémentarité de ces différents terroirs.
Enrichi de son expérience au sein du château Fonroque (100% en biodynamie depuis 7 ans), Alain Moueix a pu constater des changements notables en matière d?interaction entre la plante, le sol, le sous-sol et l'environnement produisant ainsi un effet d'authenticité et de finesse dans l'expression du terroir au sein des vins produits. Alain Moueix a apporté à Mazeyres son expertise et surtout une ouverture d?esprit certaine. La conversion à la Biodynamie a débuté par quelques parcelles en 2011. En 2012, la totalité de la propriété a été convertie.
Grâce à la Biodynamie, les vins ont, en plus de cette fraîcheur assez caractéristique, un côté aérien et une belle verticalité. La propriété est certifiée Bio depuis 2015.
?Nous avons encore un très beau millésime, nous explique Alain Moueix, c?est vrai que nous avons une succession de beaux millésimes à Bordeaux, c?est peut-être dû au changement climatique.
En 2019, le printemps a été plutôt humide, il a été suivi d?un été très sec et d?un bel été indien. Ces automnes qui sont maintenant toujours magnifiques permettent d?atteindre de belles maturités. Avec nos terroirs, que ce soit le plateau calcaire au château Mazeyres ou le coteau argilo-calcaire à Fonroque, les vignes résistent très bien à cette sécheresse grâce aux réserves hydriques en sous-sol, le vignoble n?a pas du tout souffert et les raisins ont mûri sans à-coups, ce qui est très important.
Sur le terroir un peu plus léger du château Mazeyres, il a fallu utiliser tout ce que la Biodynamie nous propose pour éviter que la vigne ne se bloque, les tisanes ont permis d?éviter le stress hydrique, la perte des feuilles. Les vins ont un taux d?alcool assez élevé même si l?équilibre est préservé. Juste avant les vendanges, il a fait très sec avec du vent, nous nous sommes dépêchés de récolter, je ne suis pas un adepte des surmaturités, cela ne m?intéresse pas. Résultat, nos vins ont un bon équilibre, une belle texture, pas de dureté, beaucoup de longueur et de profondeur, encore un très beau millésime.
En quatre ans, trois beaux millésimes, le 2019 est peut-être un peu plus solaire que le 2016 mais moins que le 2015.
2017 : nos vins sont aimables, très ouverts, très agréables, on peut commencer à les boire. Ils vont permettre d?attendre les 2016 qui ont encore besoin d?un peu de temps. Un grand millésime demande quelques années de bouteilles pour être apprécié à sa juste valeur.
2018 : des vins beaucoup plus riches que les 2017. Belle texture, des vins très veloutés, suaves, les Merlots ont très bien réagi cette année-là, c?est le côté velours qui ressort. Les vins ont gagné en intensité, il y a surtout un fruit exceptionnel que nous préservons à l?élevage.
Au château Fonroque, la maison a été rénovée, la salle de dégustation est opérationnelle maintenant. Nous allons commencer la construction d?un nouveau cuvier qui sera en service pour la vendange 2020. L?idée est de pouvoir accueillir davantage de petites cuves. Nous passerons de 13 cuves de vinification à 27, afin de mettre en valeur les différentes parcelles et leurs particularités.
Avec les petites cuves il y a moins de pression sur les vins donc, on peut extraire avec plus de douceur, c?est un gage de qualité, nous gagnons en précision.
La Biodynamie nous fait gagner de la fraicheur dans nos vins. Les maturités étaient très abouties en 2019 et malgré tout les vins restent frais. Dans le Libournais, il ne fallait pas tarder à vendanger et au moment des extractions ne pas renforcer le côté solaire mais rester sur la fraicheur, sur l?équilibre. Par rapport aux autres qui n?ont pas ce mode de culture, nous proposerons des vins frais et équilibrés.
Il y a aussi tout un travail à l?élevage, quand on met du vin dans une cuve, le poids du vin l?empêche de respirer. A Mazeyres, nous avons 20% de l?élevage qui se fait dans des petites cuves ovoïdes en béton, en forme d?œuf, donc, et dans deux foudres. A Fonroque, nous avons trois foudres et allons en acheter d?autres. L?idée est de continuer à avoir 50% du vin élevé en barriques, l?objectif est toujours de mettre le fruit en valeur.?
Voilà vraiment un splendide Pomerol 2016, élevé 14 mois en barriques (30% de fûts neufs et 70% de fûts de un vin, 40 hl/ha), où, comme d?habitude, la finesse prédomine, de robe intense, au nez complexe où s?entremêlent les fruits cuits, alliant structure et élégance en bouche, un vin chaleureux et bien charnu comme il le faut, de garde, bien entendu, parfait avec un carré d'agneau rôti aux courgettes et tomates farcies ou un mignon de veau orloff. 
Le 2015, de robe grenat intense, au nez de fruits mûrs (griotte) avec quelques arômes de cuir et, en bouche, on retrouve les nuances de fruits rouges avec un côté soyeux et une belle longueur, c?est un grand vin alliant structure et velouté. ?L?augmentation de la part de Cabernet franc (21%, colonne vertébrale) et l?arrivée du Petit Verdot (4%, acidité́ naturelle) dans l?assemblage, associées à la biodynamie (pé́cision, éĺé́gance et fraîcheur) marquent une étape importante dans la définition tannique et aromatique de ce cru.?
Le 2014, est très fin mais volumineux, coloré, au nez, se mêlent la griotte et l?humus, a une bouche séduisante dominée par les fruits à noyau et la réglisse.
Le 2013 (12 hl/Ha seulement), pour lequel la sélection a été sévère, se goûte très bien, associant ampleur aromatique et finesse des tanins, avec des senteurs de fruits mûrs, de bouche harmonieuse. Le 2012, vraiment remarquable, est très typé Pomerol, au nez où s?entremêlent des notes d?épices et de fruits rouges mûrs, est un vin structuré, d?une bonne longueur en bouche, riche, très complexe. 
Le 2011, d?une grande fraîcheur, d'une grande netteté, de robe pourpre, est élégant aux tanins savoureux, très équilibré, et on vous le conseille sur un jarret de veau aux petits oignons ou un hachis d'agneau, purée de pommes de terre, notamment. 
Le 2010, plus dense, encore fermé, a un très joli nez où se décèlent les connotations de prune et de musc, un très beau vin qui associe puissance et distinction, très classique, et commence à se goûter particulièrement bien. Voir le château Fonroque à Saint-Émilion.

Direction : Alain Moueix
56, avenue Georges-Pompidou
33500 Libourne
Tél. : 05 57 51 00 48
Email : mazeyres@wanadoo.fr
www.mazeyres.com
 


Domaine de la VRILLE TETUE



> Les précédentes éditions

Edition du 22/06/2021
Edition du 15/06/2021
Edition du 08/06/2021
Edition du 01/06/2021
Edition du 25/05/2021
Edition du 18/05/2021
Edition du 11/05/2021
Edition du 04/05/2021
Edition du 27/04/2021
Edition du 20/04/2021
Edition du 13/04/2021
Edition du 06/04/2021
Edition du 30/03/2021
Edition du 23/03/2021
Edition du 16/03/2021
Edition du 09/03/2021
Edition du 02/03/2021
Edition du 23/02/2021
Edition du 16/02/2021
Edition du 09/02/2021
Edition du 02/02/2021
Edition du 26/01/2021
Edition du 19/01/2021
Edition du 12/01/2021
Edition du 05/01/2021
Edition du 29/12/2020
Edition du 22/12/2020
Edition du 15/12/2020
Edition du 08/12/2020
Edition du 01/12/2020
Edition du 24/11/2020
Edition du 17/11/2020
Edition du 10/11/2020
Edition du 03/11/2020
Edition du 27/10/2020
Edition du 20/10/2020
Edition du 13/10/2020
Edition du 06/10/2020
Edition du 29/09/2020
Edition du 22/09/2020
Edition du 15/09/2020
Edition du 08/09/2020
Edition du 01/09/2020
Edition du 25/08/2020
Edition du 18/08/2020
Edition du 11/08/2020
Edition du 04/08/2020
Edition du 28/07/2020
Edition du 21/07/2020
Edition du 14/07/2020
Edition du 07/07/2020
Edition du 30/06/2020
Edition du 23/06/2020
Edition du 16/06/2020
Edition du 09/06/2020
Edition du 02/06/2020
Edition du 26/05/2020
Edition du 19/05/2020
Edition du 12/05/2020
Edition du 05/05/2020
Edition du 28/04/2020
Edition du 21/04/2020
Edition du 14/04/2020
Edition du 07/04/2020
Edition du 31/03/2020
Edition du 24/03/2020
Edition du 17/03/2020
Edition du 10/03/2020
Edition du 03/03/2020
Edition du 25/02/2020
Edition du 18/02/2020
Edition du 11/02/2020
Edition du 04/02/2020
Edition du 28/01/2020
Edition du 21/01/2020
Edition du 14/01/2020
Edition du 07/01/2020
Edition du 31/12/2019
Edition du 24/12/2019
Edition du 17/12/2019

 



Château du GRAND BOS


Château FRANC LARTIGUE


Château HAUT-SAINT-CLAIR


Château de VALOIS


Château de MAUVES


Château de ROQUEBRUNE


Château LAGARDE


Domaine de CARTUJAC


Château La FLEUR GRANDS-LANDES


Château des ARNAUDS


Domaine de VIAUD


Château LA TOUR DU PIN FIGEAC


Château PLANTIER ROSE


Domaine L'ENTRE DEUX MONDES


Château La HAIE


Château DAVID


Château de PANIGON


Château FAUGAS


Château La MARZELLE


Château PLINCE


Château CERTAN de MAY de CERTAN


Château BOUSCAUT


Château CORBIN MICHOTTE


Château BEYNAT


Château VALENTIN


Château LAFLEUR du ROY


Château GRAND-MAISON


Château des MOINES


Château de CÔME


Château BEAUREGARD


Château LANIOTE


Château de PASQUETTE


Château LASCOMBES


Château BELLEGRAVE


Château HAUT-MACÔ



DOMAINE LAFRAN-VEYROLLES


CHATEAU DU MASSON


CHATEAU HAUT-SAINT-CLAIR


DOMAINE DE GRANDMAISON EARL


CHAMPAGNE GOSSET


CHATEAU PONT LES MOINES


DOMAINE ALAIN VIGNOT


DOMAINE DE L'AMAUVE


DOMAINE PICHARD



 

 

© SARL MALTA. Reproduction interdite - Mentions légales